<


Anthropologie des relations avec l'animal et de l'alimentation

L'anthropologie sociale a toujours inclus la nature et les animaux dans son champ d'étude, puisque toute société entretient toujours avec eux des relations matérielles et idéelles, et qu'ils sont ainsi partie intégrante des communautés humaines. La relation entre les hommes et les animaux est considérablement déterminée par l'utilisation de l'animal comme source alimentaire, tout particulièrement quand cet usage nécessite de procéder à une mise à mort.

Les éléments bibliographiques mentionnés ici sont présentés dans un ordre allant de l'animal à l'aliment. Ils pourront utilement être complétés par ceux présentés à propos de la protection animale, qui est une des formes de la relation à l'animal.


L'homme et l'animal


1- Les français et leurs animaux 1999, 281 p

Auteur : Jean-Pierre DIGARD

Editeur : Fayard

ISBN : 2-0127-9210-3

Présentation de l'éditeur : Comment expliquer la passion croissante des Français pour nos amies les bêtes ? Du labrador au pit-bull, du chat persan au rat, en passant par le cheval, l'amour que nous portons aux animaux est un des grands phénomènes de société de notre époque. Pour autant, nous n'apprécions pas tous les animaux : si nous aimons à la folie chats et chiens qui nous valorisent, il n'en est pas de même du bétail ou de la volaille qui nous culpabilisent. L'auteur rend compte des pulsions inconscientes à l'oeuvre dans cet attachement parfois dévorant. Analysant notre " système de domestication " occidental, Jean-Pierre Digard dénonce les excès de la passion animale et l'équilibre, de plus en plus délicat, entre l'amour le plus sincère et le militantisme " animalitaire " le plus excessif. Il montre ainsi la confusion qui semble s'installer entre droits de l'homme et droits des animaux, au détriment du lien social et des valeurs humanistes. N'est-il pas temps, conclut-il, d'aimer les hommes parce qu'ils sont des hommes et les animaux parce qu'ils sont des animaux ?

L'avis de l'ASA : Ce livre, d'une lecture facile, donne une présentation générale de la relation actuelle entre l'homme et l'animal domestique et la place de l'animal domestique tant dans les sociétés humaines que dans la nature. Il donne les éléments pour aborder solidement les grandes questions telles le domestique et le sauvage, les droits des animaux, la diversité animale dans la relation à l'homme, l'importance de l'animal dans la culture. Digard est aussi un spécialiste de l'histoire du cheval dans sa relation à l'homme.

Table des matières : Le phénomène animal de compagnie ; bétail et volailles : la plèbe animale ; un animal intermédiaire, le cheval ; la fascination du sauvage ; des passionnés aux militants : le milieu animalier ; la construction de l'animal ; la construction du maître ; culpabilité et rédemption ; sauvage ou domestique ? Une frontière incertaine ; la passion animalière, malentendus et paradoxes ; le militantisme " animalitaire " excès et dérives



2- La domestication – Et l'homme créa l'animal 1990, 281 p

Auteur : Achilles GAUTIER

Editeur : Errance

ISBN : 2-903442-89-4

Présentation de l'éditeur : La plus grande aventure de l'humanité est la domestication de l'animal. Pendant des milliers d'années, l'homme a appris à dominer et à transformer les espèces les plus diverses. Du lapin au cheval, du chien au boeuf, de l'animal de compagnie à la bête de somme, le chasseur devenu paysan crée l'animal et maîtrise son environnement. Avec une approche neuve, Achilles Gautier nous dévoile une histoire parallèle : celle de la nature apprivoisée et modifiée.

L'avis de l'ASA : L'homme ne serait pas ce qu'il est sans la domestication animale (et végétale) du néolithique qui se poursuit encore aujourd'hui. Ses origines sont mystérieuses, son mécanisme encore mal compris. Ce livre, avec " L'homme et les animaux domestiques ", fait le point sur la question, vue par un paléontologue, de façon rigoureuse et documentée.

Table des matières : qu'est-ce qu'un animal domestique ?; Ancêtres et caractères des animaux domestiques ; mécanismes biologiques de la domestication ; à quoi se reconnaissent les premiers animaux domestiques, et le plus ancien animal domestique, le chien ; du petit bétail au lapin domestique ; nouveaux animaux domestiques, marronnage, domestications épisodiques et oubliées ; causes et conséquences de la révolution néolithique ; l'animal domestique aux yeux de l'homme.



3- L'homme et les animaux domestiques, anthropologie d'une passion 1990, 325 p

Auteur : Jean-Pierre DIGARD

Editeur : Fayard

ISBN : 2-213024-66-9

Présentation de l'éditeur : Depuis des millénaires, l'homme voue aux animaux domestiques une passion qui s'est rarement démentie. Pourtant, les bêtes, même les plus fidèles, trahissent leur maître, livrant à l'anthropologue les ressorts les plus secrets de l'action et de la pensée, bref, de la nature même de l'homme. Par domestication, il faut entendre l'action que l'homme exerce en permanence sur les animaux qu'il détient, ne serait-ce qu'en les élevant. Corollairement, il n'y a pas des espèces domestiques et des espèces sauvages, mais des animaux - appartenant à quelque deux cents espèces, du chien au bombyx du mûrier (ver à soie) - sur lesquels l'homme a exercé, à un moment ou à un autre, d'une manière ou d'une autre, une action de domestication. Celle-ci repose avant tout sur un désir plus ou moins inconscient, lié à l'hominisation, d'appropriation et de transformation de la nature et des êtres vivants. En domestiquant des animaux, l'homme établit avec eux des rapports de pouvoir et/ou de séduction qui ne sont pas, au fond, si différents de ceux qu'il entretient avec ses semblables. D'où les sentiments passionnés que les animaux domestiques inspirent si souvent aux humains, citadins modernes aussi bien que chasseurs-cueilleurs, pasteurs nomades ou paysans.
A travers l'inventaire exhaustif d'un domaine traditionnellement réservé aux archéologues, aux zoologues et aux zootechniciens, c'est donc une véritable anthropologie de la domestication animale qui est ici fondée.

L'avis de l'ASA : Après Gautier, l'autre vision de la domestication, celle de l'anthropologue, publiée la même année. L'autre référence sur le sujet.

Table des matières : Heurs et malheurs de la notion de domestication ;
les champs classiques de l'étude des animaux domestiques ;
quand les sciences de l'homme s'en mêlent ; les difficultés d'une définition ;
essai d'inventaire : les Mammifères ;
essai d'inventaire : des Oiseaux aux Invertébrés ; des animaux domestiques, pour quoi faire ?;
domestiquer, comment ? ;
l'organisation sociale de la domestication animale ;
un cas parmi d'autres : le système domesticatoire occidental ;
liaisons et perspectives.




L'homme et l'animal en tant qu'aliment



1- Le sang et la chair – Les abattoirs des pays de l'Adour Avril 1987, 160 p
Auteur : Noélie VIALLES

Editeur : Editions de la Maison des science de l'homme

ISBN : 2-7351-0212-2

Présentation de l'éditeur : " Vous ne pourrez manger aucune bête crevée ". Notre société reste fidèle à l'interdit du Deutéronome et tue les animaux dont elle se nourrit. Mais tout procédé de mise à mort n'est pa accepté ; il faut verser le sang pour pouvoir transformer le corps en substance consommable, en viande de " boucherie ".
En observant des abattoirs du sud-ouest de la France, Noëlie Vialles fait apparaître l'existence d'un système complexe d'évitement et de dépassement du geste fatal. Son analyse montre comment les modalités de mise à mort et de préparation des animaux domestiques pour la consommation humaine mettent en jeu, bien au-delà de l'abattage, des représentations symboliques du sang, des hommes et des bêtes.
A travers l'inventaire exhaustif d'un domaine traditionnellement réservé aux archéologues, aux zoologues et aux zootechniciens, c'est donc une véritable anthropologie de la domestication animale qui est ici fondée.

L'avis de l'ASA : Après Gautier, l'autre vision de la domestication, celle de l'anthropologue, publiée la même année. L'autre référence sur le sujet.

Table des matières : Heurs et malheurs de la notion de domestication ;
les champs classiques de l'étude des animaux domestiques ;
quand les sciences de l'homme s'en mêlent ; les difficultés d'une définition ;
essai d'inventaire : les Mammifères ;
essai d'inventaire : des Oiseaux aux Invertébrés ; des animaux domestiques, pour quoi faire ?;
domestiquer, comment ? ;
l'organisation sociale de la domestication animale ;
un cas parmi d'autres : le système domesticatoire occidental ;
liaisons et perspectives.




2- L'apologie du carnivore Mars 2011, 140 p
Auteur : Dominique Lestel

Editeur : Fayard

ISBN : 978-2-213-65582-6

Dominique Lestel est philosophe. Il construit depuis plus de quinze ans une anthropologie philosophique écologique qui pense l'homme au milieu des autres êtres vivants et non contre eux. Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont Les Origines animales de la culture (Flammarion, 2001), L'Animal singulier (Seuil, 2004), L'animal est l'avenir de l'homme (Fayard, 2010) et, avec T. Bardini, Voyage au bout de l'espèce (Dis voir, 2010).

Présentation de l'éditeur : Vous aimez manger de la viande et vous en avez assez de vous entendre accuser par les végétariens de mépriser les animaux? Ce livre est fait pour vous.
Dans cet essai mordant, Dominique Lestel pousse le raisonnement des végétariens " éthiques " à l'extrême. Loin de remettre en cause l'empathie pour l'animal, essentielle à notre humanité même, il montre que le carnivore est en fait plus proche de l'animal qu'aucun végétarien ne le sera jamais. Pourquoi ? Parce qu'en mangeant de la viande il assume sa propre nature animale, quand le végétarien manifeste, lui, le désir de supprimer l'animalité et de réactiver le statut d'exception accordé à l'humain.
Cet éloge du carnivore à contre-courant du discours dominant n'empêche pas le philosophe de reconnaître l'urgence éthique d'aujourd'hui : ce n'est pas l'abolition de la consommation de viande qu'il faut obtenir, mais celle des élevages industriels intensifs, véritable ignominie des temps modernes. Et il appelle végétariens et carnivores à s'unir dans ce combat.

L'avis de l'ASA : Une distinction nécessaire entre le végétarien politique et le végétarien éthique et une argumentation serrée et solide contre l'incohérence fondamentale de ce dernier. Mais aussi un réquisitoire ferme contre les excès de consommation de viande des sociétés occidentales.

Table des matières : A quoi reconnait-on un végétarien éthique ? ; petite histoire des pratiques végétariennes ; quelques (bonnes) raisons de ne pas devenir un végétarien éthique ; éthique du carnivore.

Site officiel de l'association Animal - Société - Aliment (ASA)
Adresse : Bâtiment Jean GIRARD - Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort - 7 avenue du Général de Gaulle - 94704 Maisons-Alfort Cedex    FRANCE
Téléphone : + 33 (0)1 56 29 36 30       Fax : + 33 (0)9 61 24 33 81       e-mail : asa-spv@wanadoo.fr
Pour signaler un problème, cliquez sur le lien suivant écrire au webmaster